À l’automne 2017, la FUB (Fédération des Usagers de la Bicyclette) a réalisé pour la première fois un sondage sur le vélo en France, inspiré d’un modèle allemand existant depuis 1988…

« Avec plus de 113 000 réponses, le Baromètre des villes cyclables est la plus grande enquête jamais menée en France auprès des usagers du vélo, et la 2e d’Europe. Illustration d’une passion retrouvée, cette enquête sur le vélo constitue la plus large contribution citoyenne aux Assises de la mobilité. Les résultats montrent que les Françaises et les Français attendent du gouvernement une politique pro-vélo ambitieuse pour accélérer la transition des mobilités. »

L’ADAVA Pays d’Aix, membre de la FUB a relayé cette enquête au travers d’actions sur le terrain (distribution de flyers par les bénévoles, affiches dans les magasins cycles,…) ainsi que dans les médias (journal La Provence, réseaux sociaux, radio,…)

Au total, 911 Aixoi(se)s (soit 6,4 pour 1000 habitants) et plus d’une centaine d’autres habitants du Pays d’Aix, cyclistes ou pas, ont alimenté les chiffres nationaux, et donné leur avis sur la pratique du vélo en ville en répondant à l’enquête. Ce premier résultat permet de classer Aix-en-Provence à la 18eme place nationale en nombre de répondants.

L’enquête était composée de 28 questions : 26 notées de 1- négatif- à 6 -positif, et 2 questions « ouvertes » (points noirs et commentaires divers), portant sur 5 thématiques :

La moyenne obtenue attribue à Aix-en-Provence une note de 2,31/6, et la classe à la 38ème place sur les 40 villes de plus de 100 000 habitants ! Ce sont les Aixois qui le disent : le climat dans leur ville est très défavorable pour le vélo.

Carte Baromètre, source @IDIX_Presse

Structure des répondants à Aix en Provence :

Nous avons affaire à des pratiquants réguliers (87% déclarent se déplacer à vélo plusieurs fois par semaine), masculins à 56%, et majoritairement âgés entre 25 et 54 ans.

 

Détails des résultats :

La plus grande partie de cet histogramme est dans le rouge, ce qui démontre à quel point Aix-en-Provence ne s’est pas encore adaptée au vélo. Les voies sécurisées y sont quasiment inexistantes. Les créations d’infrastructures cyclables suivent le rythme du renouvellement de la voirie, ce qui donne un réseau complètement morcelé, sans continuité. En outre, le peu qui existe souffre d’un manque criant d’entretien.

Les grands axes semblent dévolus aux seuls transports motorisés, sans aucune considération pour le vélo (par exemple, le tour de ville est désigné par 26,8% des sondés comme étant le principal point noir). Les trop rares espaces de stationnement sont souvent pris d’assaut par les deux roues motorisés (exemple place de l’Hôtel de Ville). Trop de points noirs qui découragent vite nombre de personnes, pourtant prêtes à ressortir leur vélo pour se déplacer en ville.

Des points positifs ont cependant été soulignés, comme le double-sens cyclable, instauré en 2010, et apprécié par les cyclistes, malgré l’extrême étroitesse de certaines rues.
La présence des magasins et ateliers de réparation a également été saluée ; Aix compte plusieurs commerces spécialisés, en plus de l’atelier participatif de l’ADAVA.

 

Demandes des cyclistes et développement à venir :

Les travaux en cours pour la construction du BHNS l’Aixpress (bus à haut niveau de service) permettront un changement très attendu ; les nouvelles voiries le long de son parcours seront aménagées de voies cyclables, avec en particulier une piste qui reliera la gare routière au Jas de Bouffan.

Le schéma directeur cyclable, adopté par la mairie en 2013 prévoit enfin, outre le maillage du pôle urbain, des « voies express » pour des dessertes périurbaines, au premier rang desquelles celle du Pôle d’Activités et ses 30 000 emplois.

Depuis plus de 20 ans, l’ADAVA essaie de porter la voix des cyclistes auprès des collectivités afin de faire bouger les choses. C’est ainsi que le double sens cyclable fut installé dans Aix, de même que le « cédez-le-passage cycliste au feu » en 2018. L’association participe aussi à de nombreuses réunions toute l’année avec les différents services de la mairie ou du département. Plus nous serons nombreux, plus cette voix aura de poids, se fera entendre et sera écoutée pour obtenir une ville cyclable !

Communiqué de presse de la FUB à lire en cliquant ici.

Résultats complets du baromètre à découvrir ici.